Le genre du capital – Annexe Méthodologique

25 juin 2020 par emilie biland
La lectrice et le lecteur trouveront ici les résultats statistiques originaux sur lesquels s'appuie la démonstration du livre "Le genre du capital" et les conditions de leur production.

On sait que le capitalisme au XXIe siècle est synonyme d’inégalités grandissantes entre les classes sociales. Ce que l’on sait moins, c’est que l’inégalité de richesse entre les hommes et les femmes augmente aussi, malgré des droits formellement égaux, et la croyance qu’en accédant au marché du travail les femmes auraient gagné leur autonomie. Pour comprendre pourquoi, il faut regarder ce qui se passe dans les familles qui accumulent et transmettent le capital économique pour consolider leur position sociale d’une génération à la suivante. Conjointes et conjoints, frères et sœurs, pères et mères n’occupent pas les mêmes positions dans les stratégies familiales de reproduction, et n’en tirent pas les mêmes bénéfices. Le genre du capital analyse ainsi comment la société de classes se reproduit grâce à l’appropriation masculine du capital.

Le livre est fondé sur plusieurs enquêtes qui se sont déroulées sur une vingtaine d’années : des monographies de famille, c’est-à-dire des observations et des entretiens, à la fois répétés et croisés, avec plusieurs personnes apparentées ; des enquêtes de terrain dans les chambres de la famille des tribunaux de grande instance, les cabinets d’avocat·es spécialisé·es en droit de la famille et des études notariales (observations d’audiences et de rendez-vous clients, réunions inter-professionnelles, entretiens avec des professionnel·les du droit, consultations de dossiers). On trouvera une description de l’ensemble des matériaux ethnographiques mobilisés dans le livre ici.

Le livre comprend également des résultats statistiques originaux, fondés sur l’exploitation de deux sources statistiques :

La lectrice et le lecteur trouveront ici les résultats statistiques originaux sur lesquels s’appuie la démonstration et les conditions de leur production. Ces annexes statistiques n’ont pu être reproduites dans le livre faute d’espace.

Pour des données complémentaires, on pourra également consulter la thèse de Sibylle Gollac et ses annexes :

Pour toute question sur l’usage de nos données et la production de nos résultats statistiques, n’hésitez pas à écrire à : sibylle.gollac[arobase]cnrs.fr . Nous répondrons à vos demandes et enrichirons cette annexe méthodologique autant que nécessaire.

A lire aussi